Musicothérapie
Autisme et troubles envahissants
du développement (3)

Cadre, moyens mis en œuvre.
Autisme et TED (3)
Cadre des interventions

Les interventions en musicothérapie auprès des Autistes et personnes souffrant de troubles envahissants du développement, se doivent d’être extrêmement personnalisées. Elles ne peuvent s’envisager que dans la complémentarité des actions menées par l’équipe éducative et soignante qui entoure le patient.
Dans cette optique, la pratique nous impose d’admettre que toute intervention doit se situer dans un cadre précis, à fréquence régulière, et dans un contexte spatio-temporel défini.
Il est à noter qu'en cas d'intervention à domicile, il est préférable, si possible, de choisir une pièce "neutre" qui ne soit pas le "domaine" de la personne concernée. En effet, j'ai pu observer que dans un premier temps, surtout chez les Autistes, l'intrusion dans leur chambre est souvent mal vécue.
La compréhension des réactions de l’Autiste à tout stimulus, demande également une connaissance approfondie de l’histoire du développement de la maladie, et du contexte familial et éducatif qui est le sien.
Il peut même être souhaitable dans certains cas, qu'un éducateur assiste aux séances de musicothérapie.
La collaboration entre l'éducateur et le musicothérapeute permet d’enrichir les actions menées par l’un et par l’autre. Sortant du rôle d’acteur pour se placer en spectateur, l’éducateur, par ses observations, nourrit la pratique du musicothérapeute. D’autre part, ces séances apportent à la personne souffrante une pratique supplémentaire, lui permettant d’accéder à une forme de communication, et lui servant de repère dans l’organisation de sa vie. Elles participent donc à l'épanouissement du patient, donnant à l'équipe éducative un outil supplémentaire.

Les moyens mis en oeuvre

La musicothérapie réceptive
telle que je la pratique, est basée sur la production de musique, en direct. Les instruments que j'utilise sont la contrebasse (instrument présent à chaque séance), de multiples percussions, des tubes résonnants, le Hang, le monocorde, la voix...
Il ne s'agit pas, bien entendu, de "jouer un air" au patient pour le divertir. C'est un travail sur la matière sonore et vibratoire, qui doit s'attacher à la qualité du son et des nuances. Il faut posséder également une grande pratique de l'improvisation sous toutes ses formes, et s'ouvrir au plus grand nombre possible d'esthétiques musicales. Le vocabulaire utilisé inclura des modes occidentaux et extra-européens, des rythmes et des tempos très variés, des sonorités classiques de l’instrument et de la voix, ou des sons utilisant les harmoniques, des bruitages divers, de nombreuses tonalités majeures, mineures, des modes traditionnels, pentatoniques, exatoniques, de la musique atonale, un large registre de fréquences des plus graves aux plus aigues de l’instrument etc...
La musicothétapie active
consiste à s'exprimer avec des instruments de musique adaptés. Il peut s'agir d'expression libre ou d'exercices précis qui ont chacun une fonction. On peut ainsi travailler sur l'échange et la communication, la frustration, la valorisation de l'image personnelle, la concentration la mémoire et l'amélioration des capacités cognitives, la conscience corporelle, l'magination et la créativité, la motricité fine et l'adresse corporelle, l'autonomie...